top

***** WWW.VNED.ORG ***** Réorganisation en cours après l' AG du 1er Juin 2008 ***** WWW.VNED.ORG ***** Transfert du site vers www.vned.org *****
Accueil | Témoignages | Solidarité | Histoire | | Connection  

Le procès à travers la presse et la radio



15-09-2007
Agent Orange, Indemnisation des Victimes (... au Canada)
Radio Canada

19-06-2007
L'agent orange en procs New York
France 24

15-06-2007
L'agent orange poursuit ses ravages au Vietnam
Rseau Cano

27-03-2007
Ministry offers support to dioxin sufferers
Stuff.co.nz (New Zealand)

21-03-2007
Agent Orange : Des soldats seront indemniss
Radio Canada

12-03-2007
The Last Battle of Vietnam
Time

05-03-2007
Philips taken to court over Agent Orange claims worth 1 bln eur
CNN Money

12-02-2007
Monsanto dumped toxic waste in UK
The Guardian - UK

12-02-2007
Dioxine : aide amricaine dcontaminer laroport de D Nang
Courrier du Vietnam

09-02-2007
US cash for Agent Orange study
BBC

30-01-2007
Late US veteran gives $50,000 aid to Agent Orange victims


14-12-2006
Recherches sur cancer et produits chimiques finances par l'industrie chimique ?
Actualits News Environnement

09-12-2006
Un chercheur rmunr par l'industrie chimique
NouvelObs.com

05-06-2006
Vietnam: pas d'indemnisation des victimes de l'Agent orange
Romandie.com

01-06-2006
Agent orange, Ottawa publie ses rapports d'enqute
Radio Canada

24-05-2006
VIETNAM "L'agent orange est une arme de destruction massive"
www.courrierinternational.com

01-05-2005
The things they still carry
Daily Southtown

30-04-2005
For victims of Agent Orange, final battle still being waged
Fairfax Digital (Australia)

29-04-2005
US appeals court to consider Agent Orange appeal in June
Vietnam new agency

27-04-2005
Vietnam les oublis de la dioxine
Le Monde .fr

25-04-2005
Trente ans aprs la guerre, un million de Vietnamiens souffrent encore des effets du terrible Agent Orange.
Ouest-France

24-04-2005
Rediscovering Vietnam: Agent Orange's effects
St Louis Today (St Louis Web site

24-04-2005
A long-ago war's grimmest legacy lives on
NorthJersey.com

22-04-2005
GAO Report on Agent Orange: Limited Information Is Available on the Number of Civilians Exposed in Vietnam and Their Workers' Compensation Claims
All American Patriot

17-04-2005
Agent Orange Dioxin Raises Cancer Risk in Vietnam Veterans
Food Consumer

12-04-2005
Spokane native to be honored posthumously
The SpokesMan-Review.com

09-04-2005
Vietnamese appeal U.S. court's ruling on Agent Orange case
Newsday.com

08-04-2005
Vietnamese Agent Orange victims file appeal request
Thanh Nien News

07-04-2005
US abandons health study on Agent Orange
Nature 434, 687

01-04-2005
Peter Yarrow apologizes to Vietnam
Associated Press


From: Le Monde .fr
La page peut tre dj retire.

Vietnam les oublis de la dioxine


Jean-Claude Pomonti

[27-04-2005]  

En 1977, la naissance d'un premier fils est source d'une grande joie pour Diem Trong Thach et sa jeune pouse. Aprs s'tre battu contre les Amricains de 1972 1974 Quang Tri, juste au sud du 17e parallle, Thach avait t envoy au Laos pendant deux ans, puis dmobilis. Il regagne son village de Kha Le, dans la province de Bac Ninh, non loin du fleuve Rouge, pour s'y marier. Un deuxime fils nat deux ans plus tard et, en 1980, Thach construit sa maison, une pice sur cour, o sa famille vit toujours.
Pourtant, leur vie se transforme vite en cauchemar. "Les premiers symptmes, chez l'an, sont apparus au bout de trois ans. Les bras et les jambes ne se dveloppaient plus" , confie Thach. Lui-mme se sent "de plus en plus faible" . Le mdecin ne comprend pas. Deux autres fils naissent, en 1982 et 1984, avant que le praticien conseille la famille de se rendre Hano pour y procder des analyses dans un hpital assist par des experts sudois. Thach apprend, en 1987, que lui-mme et ses quatre fils sont victimes de la dioxine.

Ce produit chimique extrmement toxique, considr comme l'un des plus dangereux polluants chimiques, dtruit la vgtation, pntre le sol jusqu' plus de 2 mtres de profondeur et peut rester actif plus de vingt ans. Il est contenu dans l'agent orange, dont l'arme amricaine a fait usage, de 1961 1971, pour dboiser les zones ennemies au sud Vietnam et dans le bas Laos. Suivant un programme baptis "Operation Ranch Hand" , l'pandage, par avion ou hlicoptre, a affect "3 millions d'hectares de forts, y compris de mangroves" , estime aujourd'hui le professeur Nguyen Trong Nhn, vice-prsident de l'Association vietnamienne des victimes de l'agent orange et de la dioxine.

Selon une tude de l'universit Columbia (New York) publie en 2003, la dissolution de 80 grammes de dioxine dans un rseau d'eau potable pourrait liminer les 8 millions d'habitants d'une ville. Or, en dix annes, les Amricains ont dvers 40 millions de litres d'agent orange, contenant environ 336 kg de dioxine. Estimant, "pour l'instant" "entre trois et quatre millions le nombre de victimes vietnamiennes", le professeur Nhn s'indigne contre "la plus grande guerre chimique de l'Histoire" .

L'exposition la dioxine peut dboucher sur la leucmie lymphode chronique (LLC), forme de cancer du sang, et des tudes amricaines ont, voil deux ans, apport "des preuves suffisantes d'une association entre l'exposition aux produits chimiques pulvriss au Vietnam et le risque de dvelopper une LLC" . Des enqutes vietnamiennes ont relev d'autres consquences de l'exposition la dioxine : dficits immunologiques, malformations congnitales, fausses couches, atteintes du systme nerveux.

Dans l'incapacit de travailler, Thach devient garde-malade et sa femme vend des lgumes au march ou s'chine dans la rizire. "Les deux ans ont t l'cole pendant quatre ans et les deux autres pendant neuf ans. Ils comprennent ce qu'on leur dit, mais ils ne sont pas intelligents. Ils ne peuvent pas faire eux-mmes leur toilette ou s'habiller" , confie Thach, pendant que sa femme redresse l'un des garons tendus sur l'un des deux bat-flanc de la maison. Deux autres, lvres infrieures pendantes, prouvent du mal marcher. L'an se cache. "Il est conscient de ses difformits et ne veut pas tre vu" , explique le pre. L'Etat vietnamien leur verse des pensions pour handicaps : 170 000 dongs chacun des enfants, 300 000 au pre, soit au total, l'quivalent de 50 euros par mois. "Cela suffit pour se nourrir."

Au Village de l'amiti, institution inaugure en 1998 une heure de route d'Hano, et bnficiant de financements trangers, y compris amricains et franais, on tente de soigner les vtrans victimes de l'agent orange, leurs enfants et, dsormais, leurs petits-enfants.

Nu, petite fille de 9 ans, appartient dj la troisime gnration de victimes. Accroupie sur un banc, elle hoche continuellement la tte, tout en agitant, prs de son oreille droite, un bout de papier d'aluminium. "Ne aveugle et muette, elle est victime de troubles mentaux, mais elle entend quelques sons" , explique l'assistante. Le grand-pre de la fillette, ancien "bo doi" (soldat de l'arme populaire), avait t infect par la dioxine. Le pre de Nu n'a souffert que de "lgers troubles mentaux" . "Aprs la naissance de Nu, son pre a pous deux autres femmes pour essayer d'avoir des enfants normaux. Mais il n'en a pas eu du tout" , rapporte l'assistante.

Dans sa blouse et son pantalon dlavs, avec ses cheveux coups court, Hai a la taille et l'allure d'une fillette, malgr ses 23 ans. Elle est l'ane d'une classe de vingt enfants, que gre courageusement, et depuis sept ans, Oanh, enseignante spcialise : "L'objectif est de dvelopper l'intelligence en leur apprenant distinguer les couleurs ou des images trs simples." Oanh vit sur place en compagnie de son mari et de leur fillette ge de 3 ans.

"Pendant six ans, j'ai t charge seule de cette classe et, depuis un an, nous sommes deux, dit-elle. C'est difficile. Sans amour, sans patience, on ne peut pas rester." "Quand on leur demande leur prnom, poursuit-elle, ils ne peuvent pas rpondre. Ils ont du mal couter. Au dbut, on ne pouvait pas les faire entrer dans la salle. Le seul changement notable dans leur comportement est qu'ils acceptent aujourd'hui d'tre ensemble. Mais il faut s'occuper de tout, les laver, les habiller. A cause de leurs dsordres mentaux, ils ne comprennent pas et sont sales comme des bbs." Un garon g de 20 ans s'oublie rgulirement. Celui qui fait le plus de progrs est un tout petit bonhomme de 13 ans, le plus jeune de la classe, qui commence savoir compter et a retenu une chanson.

La salle voisine est consacre la rducation. Pour Lien, qui "chante trs bien" , dit l'ducatrice, c'est l'heure de la sance de rayons. A 19 ans, elle a dj subi deux oprations aux pieds. Elle parvient dsormais marcher. Deux gamins gs de 14 et 15 ans pdalent sur des vlos fixes. Ils ont galement les pieds dforms. L'an des deux ne peut pas parler. L'autre rpond sa place et bauche mme une moiti de sourire.

Dans la salle suivante, le silence rgne sur des apprentis brodeurs. "Can, dit l'ducatrice en parlant d'un garon g de 14 ans, peut broder, mais ne peut rien retenir d'autre." Les deux dernires salles sont consacres, l'une la couture, et l'autre la confection de bouquets de fleurs artificielles. Moins marqus, les jeunes gens y sont trs calmes. Leurs produits sont vendus dans un magasin du vieux Hano commerant.

En plein centre d'Hano, la famille de Duy occupe un petit appartement, deux pices l'une au-dessus de l'autre, dans la cit Dien Bien Phu, rserve aux bo doi et aux anciens combattants. En fin de matine, sur le perron, les parents servent un djeuner sommaire la clientle locale avec l'aide d'un oncle et d'une tante de Duy. "Il voit et comprend ce qu'on lui dit" , dit sa mre. Maigre, les doigts recroquevills et les membres dforms, Duy vit depuis neuf ans dans les bras de sa mre.

Ce sont ses grands-parents paternels qui ont fait la guerre dans des zones infectes par la dioxine. Le grand-pre, un colonel qui a quitt l'arme en 1979, s'est retrouv paralys en 1981. Il est mort dix ans plus tard. N en 1970, le pre de Duy a t pargn. C'est aussi, apparemment, le cas du frre cadet de Duy, g de 5 ans, et qui va l'cole. "On ne l'a pas fait tester, puisqu'il ne prsente pas de symptmes" , explique sa mre. Duy, lui, se racle sans cesse la gorge. Sa mre le masse, constamment.

Plein d'nergie et le sourire toujours aux lvres, Nguyen The Do est un jeune homme de 80 ans qui court plutt qu'il ne marche. Au petit matin, il enfourche sa mobylette et se faufile dans les encombrements d'Hano pour aller chercher son petit-fils, Tung, et le conduire au Conservatoire national. Il retourne le rcuprer la fin de ses leons. Voil plusieurs annes, il avait confectionn pour Tung une guitare monocorde, instrument de musique traditionnelle. Rsultat : Tung a obtenu, en 2004, le premier prix de musique traditionnelle du Conservatoire. Il compose et joue galement du piano.

Mais Tung, n en 1979, est aveugle et prouve de la difficult marcher. Il a appris le braille et a mmoris le classement de ses 3 000 cdroms rangs dans une vitrine derrire son lit. "J'aime la musique, dit-il, car, quand j'tais petit, ma mre me chantait continuellement des berceuses." Sa sur, Thuy, de quatre ans son ane, est ne paralyse, aveugle, sourde et muette."Elle ne sent rien, pas mme les piqres du docteur, et ne reconnat personne" , explique le grand-pre. Toute petite, recroqueville sur elle-mme, elle vit sur le bat-flanc familial install dans la pice commune afin que la famille puisse se relayer pour s'en occuper.

Le pre de Thuy et de Tung a fait la guerre Quang Tri et sur la piste Ho Chi Minh. "J'ai mme particip, en 1975, la libration de Sagon" , confie-t-il. Comme ses deux enfants, il a t test positif la dioxine au dbut des annes 1980. Il souffre de vertiges, de maux de tte et d'estomac et d'un dbut de surdit.

Faute de pouvoir s'en prendre au gouvernement amricain, alors en tat de guerre officiel avec le Vietnam, les victimes vietnamiennes de l'agent orange ont poursuivi, devant la justice amricaine, les grands fournisseurs amricains d'herbicides, dont Dow Chemical, Thompson, Diamond, Monsanto, Hercules et Uniroyal. Le verdict est tomb le 13 mars : rejet de la plainte. Le professeur Nhn dnonce les "mensonges" du juge.

Des vtrans amricains ont galement port plainte et obtenu satisfaction. L'amiral la retraite Elmo Zumwalt, celui-l mme qui avait command l'opration"Ranch Hand" , a perdu un fils, jeune officier victime d'un cancer aprs avoir t expos. Les firmes amricaines ont prfr viter un procs et, la veille de sa tenue, opt pour un accord l'amiable. Quelque 40 000 plaignants amricains ont obtenu, en 1984, 180 millions de dollars de dommages. Mais ce n'est qu'en 1996 que le prsident Bill Clinton a reconnu que les vtrans amricains et leurs enfants avaient droit des ddommagements en raison de leur exposition l'agent orange au Vietnam.

Les millions de victimes vietnamiennes peuvent se prvaloir de ces prcdentes procdures dans l'appel dpos dbut avril. La bataille s'annonce, toutefois, rude. "Cette guerre peut durer autant que la prcdente. Elle est mme plus difficile, car c'est un tribunal amricain qui prendra la dcision" , estime le professeur Nhn.

En ce qui les concerne, le docteur Pham Chieu Duong et sa femme Lan n'ont plus grand espoir. Un seul de leurs quatre enfants a survcu. Les trois autres sont morts au bout de quelques mois, leurs muscles ne pouvaient pas supporter leur tte. Le survivant, g de 36 ans, partage encore le lit de ses parents. "Il marmonne toute la journe, on lui donne des calmants, mais il est incapable d'exprimer sa douleur" , confie Lan. Et elle s'interroge : "Mais qui s'occupera de lui quand nous ne serons plus l ?"




Croix Rouge Vietnamienne

Croix Rouge Vietnamienne
82 Nguyen Du, Hanoi
Vietnam
Tel: 00 844 8224030 et
00 844 9420860
Fax: 00 844 9424285
Email: agoravif@fpt.vn


Office of Genetic Counseling & Disabled Children

OGCDC
Hue Medical College
06 Ngo Quyen Street
Hue City - Vietnam
Tel: +84 54 833694
Fax: +84 54 826269
Email: ogcdc@dng.vnn.vn


Fund for Reconciliation and Development

Pour suivre le Procès en cours à New York:

Visitez la page
Agent Orange Lawsuit

de cette organisation.


Articles parus dans les journaux depuis le 28/02/2005.